Wikipédia:Lumière sur

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Principe

Cette page est consacrée à l’organisation et à la maintenance du cadre Wikipédia:Lumière sur de la page d’accueil de Wikipédia. Celui-ci est rempli par l’appel de la page correspondante, dont le contenu est renouvelé quotidiennement de façon automatique.

Deux principes sont à retenir :

  • Les articles présentés dans les différents cadres sont ceux qui ont d’ores et déjà été promus aux labels « Articles de qualité » et « Bon article ».
  • Il convient d’éviter de mettre plus de 400 mots (200 mots chacun pour les Lumière sur paraissant en duo, typiquement pour les articles promus BA) dans les cadres afin de maintenir l’équilibre des colonnes sur la page d’accueil, où ces cadres sont transclus. Si nécessaire, ajoutez à la fin le code {{Clr}} afin d’éviter que l’éventuelle image ne déborde du cadre.

Aujourd’hui mardi 28 février 2017

Photo noir et blanc de la lune

Titania, également appelé Uranus III, est le plus grand satellite naturel d'Uranus et le huitième du Système solaire. Découvert par William Herschel en 1787, il doit son nom à Titania, la reine des fées de la pièce de Shakespeare, Le Songe d'une nuit d'été. Son orbite autour d'Uranus est entièrement située au sein de la magnétosphère de la planète.

Titania est constitué de glace et de roche en quantités approximativement égales. Le satellite est probablement différencié en un noyau rocheux et un manteau glacé. Une couche d'eau liquide pourrait être présente à l'interface entre le noyau et le manteau. La surface de Titania, sombre et légèrement rouge, a été modelée à la fois par les impacts d'astéroïdes et de comètes, et par les processus endogènes. Elle est couverte de nombreux cratères d'impacts, certains atteignant jusqu'à 326 km de diamètre, mais est moins cratérisée que la surface d'Obéron, le grand satellite le plus externe du système uranien. Titania a probablement connu un épisode de resurfaçage endogène qui a recouvert les surfaces les plus anciennes très cratérisées. Par la suite, l'expansion de son intérieur a engendré sur la surface de Titania un réseau de canyons et d'escarpements de faille. À l'instar de toutes les lunes majeures d'Uranus, elle s'est probablement formée à partir du disque d'accrétion qui entourait Uranus juste après la formation de la planète.

Le système uranien n'a été étudié de près qu'une seule fois, par la sonde Voyager 2 en janvier 1986, qui a pris plusieurs images de Titania, permettant ainsi de cartographier environ 40 % de la surface de cette lune.

Programme du mois

Mercredi 1er février 2017

Islandia (carte de l'Islande), Abraham Ortelius, v. 1590.

La colonisation de l’Islande (en islandais : Landnámsöld, littéralement « âge de la colonisation ») est la période de l'histoire de l'Islande se déroulant entre 870 et 930 durant laquelle l'île, jusque-là inhabitée, est peuplée par les Scandinaves dans le cadre de l'expansion territoriale survenue durant l'âge des Vikings et les premières structures gouvernementales créées jusqu'à la fondation en 930 de l'État libre islandais. L'histoire de la colonisation nous est connue principalement par le « Livre de la colonisation » (Landnámabók) et le « Livre des Islandais » (Íslendingabók), ainsi que par les sagas des Islandais. Cependant ces textes écrits seulement à partir du XIIe siècle ont une fiabilité douteuse et l'archéologie est indispensable afin de vérifier les faits racontés dans ces écrits.

Au IVe siècle av. J.-C., le navigateur grec Pythéas mentionne une terre nommée Thulé, qui sera citée par d'autres auteurs de l'Antiquité et du Moyen Âge. Néanmoins, il s'agissait a priori plutôt de la côte norvégienne. Le premier à mentionner une terre étant vraisemblablement l'Islande est l'Irlandais Dicuil vers apr. J.-C., qui parle d'une terre au nord où des moines auraient séjourné. Vers 860, des marins scandinaves découvrent l'Islande et la trouvent déserte à l'exception de quelques moines irlandais, les papar, ce qui concorde avec le récit de Dicuil. Le premier résident permanent scandinave de l'île est, d'après la légende, Ingólfr Arnarson, qui s'installe à Reykjavik vers 874. S'ensuivent soixante ans durant lesquels des Vikings venus de Norvège principalement, accompagnés de leurs familles et de leurs serviteurs, colonisent l'île. En l'an 930, un parlement commun à toute l'île est fondé, l'Althing : c'est le début de l'État libre islandais.

Les colons, principalement originaires de l'Ouest de la Norvège, s'installent sur la côte, les plaines et les vallées fluviales dans des fermes isolées, où ils vivent selon les mœurs vikings : ils ne possèdent pas de gouvernement centralisé mais se réunissent dans des things locaux où les hommes libres peuvent exposer librement leur opinion. Bénéficiant de conditions favorables à l'époque sur l'île, qui se dégraderont par la suite à cause de l'exploitation des ressources, leur économie est basée sur la chasse, la pêche et l'élevage.

Jeudi 2 février 2017

Poney Welsh cob de trois ans, alezan crins lavés, au modèle.

Le Welsh cob, Welsh D ou cob gallois est le plus grand des quatre types du poney Welsh. Son origine reste peu claire, mais il provient de l'Ouest du pays de Galles et montre l'influence du cheval ibérique et du Hackney. Probablement mentionné dans des poèmes gallois dès le Moyen Âge, le Welsh cob sert de cheval militaire à la noblesse et de travailleur multitâche aux paysans, qui le mettent à contribution tant sous la selle qu'à la traction et au portage. L'élevage s'organise en 1901, avec la création d'un stud-book sous la supervision de la Welsh Pony and Cob society. Un concours de race, le George, Prince of Wales Cup, est créé trois ans plus tard pour soutenir financièrement les éleveurs. Connu pour sa grande polyvalence et son économie d'entretien, le Welsh cob subit une réduction d'effectifs due à la motorisation au XXe siècle. Il perdure grâce à son statut d’emblème culturel et à son utilisation dans des shows populaires.

Ce poney charpenté montre un type cob, avec une tête courte et un corps rond et puissant. Il est très réputé pour son charisme et la qualité de son trot, particulièrement rapide et étendu. Le Welsh cob est désormais un cheval de loisir et de compétitions de sports équestres, y compris d'attelage. Il est largement exporté dans le monde occidental, notamment en Amérique du Nord et en France. Il revêt toujours une importante fonction culturelle et sociale dans son berceau d'origine, le comté de Ceredigion.

Vendredi 3 février 2017

Cheval Misaki noir.

Le Misaki (御崎馬, Misaki-uma?, littéralement « cheval du cap ») est une race de petit cheval semi-sauvage japonaise, originaire de Kushima, dans la préfecture de Miyazaki. Ces animaux proviennent majoritairement d'un vaste élevage de chevaux de guerre et de travail agricole, nationalisé puis abandonné après la Seconde Guerre mondiale. Redevenus sauvages et classés monument naturel national, ces chevaux constituent une attraction touristique populaire de l'île de Kyushu. Hauts d'environ 1,35 m, les Misaki sont généralement de robe baie.

Ils ont fait l'objet de nombreuses études sur leur sang, leurs gènes, leurs hormones, et la dynamique des troupeaux. Le Misaki a en effet un mode de vie typique du cheval sauvage, les interactions avec les êtres humains étant limitées. Ce cheptel de 120 chevaux recensés en 2016 vit exclusivement au cap Toi.

Samedi 4 février 2017

Dropkick Murphys à l'Ottawa Bluesfest en 2011.

Dropkick Murphys est un groupe de punk celtique formé en 1996 à Quincy, à côté de South Boston (Massachusetts), États-Unis. Il mêle des influences de musique irlandaise traditionnelle, punk hardcore, oi! et folk rock.

À ses débuts, la formation comprend Mike McColgan (chant) Ken Casey (basse, chant), Rick Barton (guitare, chant) et Matt Kelly (batterie). Au fil de sa carrière, Dropkick Murphys acquiert une réputation importante grâce à de nombreuses tournées dans le monde entier et à l'organisation des week-ends de la Fête de la Saint-Patrick à Boston durant lesquels le groupe joue durant sept jours de suite, et auxquels des milliers de fans provenant des quatre coins du globe assistent chaque année.

Le groupe se fait également connaître avec la reprise de bon nombre de chansons traditionnelles irlandaises, telles que Finnegan's Wake, The Fighting 69th, Black Velvet Band ou encore The Auld Triangle. Enfin, il connaît le succès commercial avec l'album The Warrior's Code et notamment le tube I'm Shipping Up to Boston, multi-diffusé sur les radios américaines et utilisé dans le film de Martin Scorsese, Les Infiltrés.

La devise du groupe évoque l'importance de la famille et de la fierté à l'égard de ses origines. Il se présente souvent comme la voix des ouvriers et s'implique beaucoup dans les œuvres caritatives dans le Massachusetts. Par ailleurs, plusieurs des chansons rendent hommage à certaines personnes disparues, proches ou non de la formation, à l'image du sergent Farrar, fan du groupe et mort en Irak.

Leurs influences vont de Thin Lizzy à Stiff Little Fingers, en passant par The Pogues, The Clash, The Dubliners ou encore AC/DC.

Dimanche 5 février 2017

L’Olympic, avec, en arrière-plan, le Lusitania

Le RMS Olympic est un paquebot transatlantique britannique, construit par les chantiers Harland & Wolff pour la White Star Line. Il est le sister-ship des infortunés Titanic et Britannic. Contrairement à ces derniers, l’Olympic a eu une longue et brillante carrière (19111934), et en a tiré le surnom d’« Old Reliable » (en français, « le Vieux Fiable »). Cette carrière a néanmoins été marquée par plusieurs collisions avec d'autres navires. La plus importante de ces collisions, avec le croiseur HMS Hawke a eu pour principale conséquence de retarder le départ du Titanic de près d’un mois.

Si le naufrage de son jumeau lui a imposé une lourde refonte, l’Olympic a été jusqu’à la fin de sa carrière l’un des vaisseaux amiraux de la compagnie avec le Majestic. Par son tonnage, il est resté pendant vingt-quatre ans le navire le plus imposant construit au Royaume-Uni avant d’être surpassé par le Queen Mary.

De nombreux éléments de décoration de l’Olympic ont été récupérés avant sa démolition et ornent désormais des hôtels, propriétés privées, et même un navire de croisière.

Lundi 6 février 2017

Portrait de Hiroshige, le crâne rasé, à cinquante ans passés, par Kunisada.

Les Cinquante-trois Stations du Tōkaidō (東海道五十三次之内, Tōkaidō Gojūsan-tsugi no uchi?), dans l'édition Hōeidō (1833-1834) présentée ici, sont une série d'estampes japonaises (ukiyo-e) créées par Hiroshige après son premier voyage empruntant la route du Tōkaidō en 1832. Cette route, reliant la capitale du shogun, Edo, à la capitale impériale, Kyoto, est l'axe principal du Japon de l'époque. C'est également la plus importante des « Cinq Routes », les cinq artères majeures du Japon (Gokaidō), créées ou développées pendant l'ère Edo pour améliorer le contrôle du pouvoir central sur l'ensemble du pays.

Même si c'est de loin l'édition Hōeidō qui a acquis la plus grande notoriété, Les Cinquante-trois Stations du Tōkaidō étaient un sujet si populaire qu'elles ont inspiré à Hiroshige une trentaine de séries d'estampes, très différentes les unes des autres par leurs dimensions (format ōban ou chuban), leur traitement ou encore leur nombre (certaines séries ne comptent que quelques estampes).

Le Tōkaidō de l'édition Hōeidō est l'œuvre la plus connue de Hiroshige et aussi la plus vendue dans l'histoire de l'ukiyo-e. Venant juste après la série des Trente-six Vues du mont Fuji d'Hokusai, elle consacre ce nouveau thème majeur de l’ukiyo-e qu'est désormais l'estampe de paysage (fūkei-ga), avec en particulier la représentation de lieux célèbres (meisho). Celles-ci exploitent pleinement les possibilités ouvertes après l'assimilation de la perspective occidentale par les artistes japonais et les estampes de Hiroshige seront fort appréciées, non seulement au Japon, mais plus tard en Occident.

Mardi 7 février 2017

Cascade de Muddusfallet, dans le parc national.

Le parc national de Muddus (en suédois Muddus nationalpark, en same de Lule Muttos) est un parc national situé sur les communes de Jokkmokk et Gällivare, dans le comté de Norrbotten, à l'extrême Nord de la Suède. Le parc a été fondé en 1942, mais fut par la suite agrandi en 1984 pour couvrir au total 51 137 ha. Il est bordé au nord-ouest par la route européenne 45 et la réserve naturelle de Stubba qui assure la transition avec les autres aires naturelles de la région de Laponie.

Le cœur de Muddus est une vaste plaine à un peu moins de 400 m d'altitude, entourée de quelques petits sommets aux frontières du parc, dont le plus haut est Sör-Stubba culminant à 665 m. Dans cette plaine se développe un vaste réseau de tourbières, en particulier des tourbières d'aapa, représentant près de la moitié de la surface de l'aire protégée. Les sections sèches sont, quant à elles, couvertes d'une vaste forêt de taïga essentiellement vierge, faisant de Muddus le plus vaste parc national de forêt du pays. Au sud du parc, l'altitude décroit rapidement pour rejoindre la vallée du fleuve Luleälven. Dans cette section, on trouve plusieurs gorges, dont en particulier celle formée par la principale rivière du parc, Muttosädno, qui chute de 42 m au niveau de la cascade Muddusfallet.

La région est peuplée depuis le retrait des glaciers il y a environ 10 000 ans. Les habitants vivent alors surtout dans les vallées, mais placent des pièges dans des endroits stratégiques de Muddus pour capturer leurs proies, surtout des rennes. Avec le temps, ils remplacent la chasse par la domestication des rennes, mais conservent leur mode de vie nomade, suivant les troupeaux de rennes dans leur migrations annuelles. Aujourd'hui encore, ces habitants, les Samis (anciennement appelés Lapons) utilisent le parc pour l'élevage des rennes, bien que les techniques et leur mode de vie se soient modernisés. La colonisation suédoise est plus tardive, arrivant dans le parc au XIXe siècle avec l'abattage des forêts autour de sa frontière sud et l'installation d'une ferme près du lac Muttosjávvre, active jusqu'en 1909. Peu après la formation des premiers parcs nationaux de Suède en 1909, la vaste superficie de forêts primaires de Muddus est remarquée par le garde forestier Edvard Wibeck qui propose alors, dans les années 1920, de protéger le site comme parc national. Après un long processus, la création de ce parc est entérinée par le parlement suédois en 1942. Enfin, en 1996, il est inclus dans le site du patrimoine mondial région de Laponie, protégeant ainsi la plus vaste aire naturelle essentiellement intacte d'Europe de l'Ouest, ainsi que la culture samie.

De nos jours, le site mêle élevage des rennes et tourisme, avec de nombreux sentiers dans le sud du parc et le Rallarstigen dans le nord. Environ 5 000 personnes viennent ainsi chaque année admirer la cascade de Muddusfallet, la profonde gorge de Måskosgårsså ou observer les oiseaux autour du lac de Muttosluoppal et ses tourbières grâce à une grande tour d'observation.

Mercredi 8 février 2017

Monument en hommage aux victimes du programme Aktion T4 réalisé par Richard Serra à Berlin sur la Tiergarten-Strasse.

Aktion T4 est la désignation utilisée après la Seconde Guerre mondiale de la campagne d'extermination d'adultes handicapés physiques et mentaux du régime nazi de à et qui fit de 70 000 à 80 000 victimes.

Fondée sur un terreau idéologique fertile prônant une politique eugéniste active, antérieur au nazisme mais exacerbé par celui-ci, favorisée par une intense campagne de propagande en faveur de la stérilisation et de l'euthanasie, elle fut le fruit d'une décision personnelle d'Adolf Hitler, dont il confia l'exécution à la chancellerie du Führer, dirigée par Philipp Bouhler. Mise en œuvre par des médecins nazis convaincus et du personnel issu de la SS, elle se traduisit par des assassinats à grande échelle au moyen de chambres à gaz spécialement construites à cet effet dans six centres de mise à mort. Malgré les efforts déployés pour garder l'opération secrète, celle-ci devint de plus en plus connue au fil des mois, ce qui suscita des protestations qui contribuèrent à son arrêt officiel, l'objectif exterminateur que les nazis s'étaient fixé ayant de toute manière été atteint.

Même si l'Aktion T4 cessa en , l'extermination des handicapés se poursuivit tout au long de la Seconde Guerre mondiale et une partie de ses exécutants participa à la destruction des Juifs d'Europe.

Jeudi 9 février 2017

Trait du Nord au salon de l'agriculture de Paris, en mars 2010.

Le trait du Nord, autrefois nommé Ardennais du Nord et Ardennais de type Nord, est une race de grand cheval de trait français dit « à sang froid », originaire de la région du Hainaut. Il est sélectionné pour les travaux agricoles à partir des années 1850. Longtemps confondu avec le cheval ardennais, le trait du Nord obtient son identité propre avec l'ouverture de son registre d'élevage en 1903. Il participe à l'exploitation des mines dans sa région d'origine et travaille au fond des galeries avant que l'électrification des mines et la motorisation de l'agriculture dans les années 1950 n’entraînent sa quasi-disparition, faute de demandes auprès de ses éleveurs.

L'hippophagie permet à ce cheval de subsister dans les années 1970, avant le renouveau de l'attelage de loisir et de travail. Les associations d'éleveurs et d'utilisateurs de ce cheval, comme le syndicat d'élevage du cheval trait du Nord, organisent sa reconversion dans l'équitation de travail telle que le débardage, et dans les loisirs équestres tels que l'attelage. Ce cheval emblématique de la région du Nord-Pas-de-Calais possède l'un des plus faibles effectifs parmi les neuf races de chevaux de trait français. Un plan de sauvegarde entre la région et le syndicat de la race a vu le jour en 2010 ; il a permis d'augmenter le nombre de naissances pour 2014, mais le trait du Nord reste une race menacée.

Vendredi 10 février 2017

Æthelwulf dans un manuscrit généalogique du xiiie siècle (British Library, Royal MS 14 B V).

Æthelwulf est roi du Wessex de à sa mort, le .

Fils du roi Egbert de Wessex, il devient le souverain du Kent et des autres royaumes du sud-est de l'Angleterre en 825, après la victoire de son père à la bataille d'Ellendun. Il succède à son père à la tête du Wessex à sa mort. Son règne connaît quelques attaques vikings et voit le maintien de bonnes relations avec le royaume anglo-saxon voisin de Mercie. Ses dernières années sont marquées par un pèlerinage à Rome en 855 et par la révolte de son fils aîné Æthelbald à son retour en Angleterre. Afin d'éviter une guerre civile, Æthelwulf partage son royaume avec lui.

Æthelwulf souffre d'une piètre réputation chez les historiens jusqu'à la fin du XXe siècle : il est considéré comme un roi médiocre, dominé par sa piété. Cette image est progressivement réévaluée, et les historiens actuels soulignent ses compétences de monarque. Sous son règne, la maison de Wessex gagne en puissance et en prestige, et c'est sur les fondations posées par Æthelwulf que son fils Alfred le Grand peut bâtir ses succès.

Samedi 11 février 2017

Le pont sur l'Ognon et l'église Saint-Pierre-et-Paul.

Mélisey (prononcé meliˈze) est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle est le siège de la communauté de communes des mille étangs.

Occupée au moins depuis le haut Moyen Âge, Mélisey devient au XVe siècle un bourg concentrant toutes les activités de commerce et d'échange de la vallée avant de devenir une petite cité industrielle du textile au XIXe siècle.

Peuplée par 1 679 habitants en 2014, la commune est située dans une région particulièrement vallonnée au pied des Vosges saônoises. Son altitude varie de 322 mètres au centre-ville à 470 mètres. Située en bordure du plateau des Mille étangs, elle possède un riche patrimoine naturel favorisant l'écotourisme. Le centre historique, traversé par l'Ognon, est caractérisé par son église au clocher de style roman construit au XIIe siècle.

Dimanche 12 février 2017

Entrée du Simpsons Ride au Universal Studios Hollywood. Elle reprend la forme de la tête de Krusty le clown.

The Simpsons Ride est un cinéma dynamique présent dans les parcs à thème Universal Studios Florida et Universal Studios Hollywood. L'attraction est basée sur la série télévisée d'animation Les Simpson. Elle est annoncée pour la première fois en 2007 et remplace Back to the Future: The Ride dans les deux parcs. Au Universal Studios Florida elle ouvre le 23 avril 2008 et la cérémonie officielle d'inauguration se déroule le 15 mai. Au Universal Studios Hollywood le cinéma dynamique ouvre le 19 mai 2008. The Simpson Ride est créé par les producteurs des Simpson et utilise une animation en trois dimensions fournie par Blur Studio et Reel FX Creative Studio. L'animation en deux dimensions des vidéos de présentation est produite par DPS Film Roman. L'attraction utilise une technologie de pointe, incluant un nouveau système de projection et de nouveaux systèmes hydrauliques.

L'attraction dure quatre minutes et trente secondes en elle-même mais un court métrage peut être vu dans la file d'attente et elle contient également deux vidéos de présentation. Pendant The Simpsons Ride, les clients sont conduits dans un parc à thèmes en animation appelé Krustyland et construit par Krusty le clown. Cependant, Tahiti Bob s'est évadé de prison et tente de se venger de Krusty et de la famille Simpson. Au moins vingt-quatre personnages récurrents de la série font une apparition, tous doublés par leur acteur original. À côté de l'attraction se trouve un magasin de souvenir inspiré du Kwik-E-Mart, ouvert en fin d'année 2007.

Lundi 13 février 2017

La chapelle Cerasi, décorée par Annibale Carrache (tableau d'autel et voûte) et par Caravage (deux tableaux latéraux).

Les tableaux de la chapelle Cerasi forment un ensemble de deux toiles de grand format peintes par Caravage entre 1600 et 1601 ou 1604 sur une commande initiale de Tiberio Cerasi, trésorier général du pape, pour être installées dans une chapelle privée de l'église Santa Maria del Popolo de Rome où elles sont toujours conservées. L'architecture de la chapelle est due à Carlo Maderno et les tableaux de Caravage encadrent une autre œuvre, l’Assomption de la Vierge commandée à Annibale Carrache à qui l'on confie également la peinture à fresque de la voûte. C'est une commande prestigieuse dont bénéficie Caravage, dont la renommée est bien installée dans le milieu artistique romain depuis sa récente production des tableaux de la série des saint Matthieu dans la chapelle Contarelli de l'église Saint-Louis-des-Français. Pour bon nombre de critiques et historiens d'art, il s'agit d’œuvres majeures dans la carrière de Caravage, qui n'a pas encore 30 ans lorsqu'il les réalise.

Les deux œuvres, qui représentent respectivement une Conversion de saint Paul et un Crucifiement de saint Pierre, auraient été d'abord rejetées puis remplacées par deux huiles sur toile et non plus sur bois, sur les mêmes thèmes mais qui, cette fois, auraient été acceptées : ce sont ces deux toiles qui ornent la chapelle. Cette succession d’œuvres acceptées ou refusées complique la tâche des historiens de l'art qui débattent sur la datation exacte des deux tableaux et sur leur position dans la chronologie des œuvres de la période romaine de Caravage.

Seule la première version de la Conversion est identifiée de nos jours et appartient à une collection privée : il n'existe aucune trace du premier tableau du Crucifiement. Toutefois, des doutes importants pèsent sur cette interprétation historique, car il n'est pas du tout établi que les premières versions des tableaux aient réellement essuyé de refus. Il est en revanche certain qu'il existe un écart de style considérable entre la première et la seconde version de la Conversion.

Chacun de ces tableaux s'inscrit dans le style que Caravage développe depuis plusieurs années et qui renvoie aux principes borroméens de la Réforme catholique. Le style dépouillé et empreint de naturalisme du jeune peintre lombard s'oppose clairement au maniérisme de l'époque ; la proximité de ses tableaux avec celui de Carrache en témoigne de façon très vivace. Caravage prend d'ailleurs grand soin d'insérer ses œuvres dans le contexte de la chapelle, c'est-à-dire d'adapter son travail à la fois aux peintures avoisinantes (tableau d'autel, fresques de la voûte) mais aussi aux conditions particulières dans lesquelles sont placés les spectateurs, ce qui l'oblige à déformer certains éléments de perspective pour se conformer à la situation d'observation dans cette étroite chapelle.

Mardi 14 février 2017

Un fantassin du 2/43e bataillon à Labuan le 10 juin 1945.

La bataille de Labuan oppose les forces australiennes et japonaises durant la campagne de Bornéo lors de la Seconde Guerre mondiale. Elle se déroule du 10 au en Malaisie sur l’île de Labuan et s’inscrit dans le cadre de l'invasion australienne du Nord de Bornéo. Engagée sur l'initiative des forces alliées, elle a pour but de prendre le contrôle de la baie de Brunei, base de soutien stratégique pour de futures offensives sur l'île de Bornéo.

Après plusieurs semaines d'attaques aériennes et un court bombardement naval, des soldats de la 24e brigade australienne débarquent depuis des navires américains et australiens sur Labuan le . Les Australiens s'emparent rapidement du port de l'île et de l'aérodrome principal. La garnison japonaise, en grande infériorité numérique, est principalement concentrée sur des positions fortifiées à l'intérieur de Labuan, et offre peu de résistance lors du débarquement. Les premières tentatives australiennes pour pénétrer la position japonaise dans les jours qui suivent l'invasion sont un échec alors que la région est soumise à un bombardement intense. Une force japonaise tente d'attaquer les positions alliées le , mais elle est vaincue. Plus tard ce jour-là, les forces australiennes se lancent à l’assaut des positions japonaises. Les jours suivants, les patrouilles australiennes tuent ou capturent les troupes japonaises restantes sur l'île. Au total, 389 Japonais sont tués et onze sont faits prisonniers. Les Australiens comptent 34 tués.

Une fois l'île sécurisée, les forces alliées y installent une importante base militaire, reconstruisent les infrastructures — l'aérodrome est réparé et agrandi pour accueillir des unités de la force aérienne royale australienne — et fournissent une assistance à des milliers de civils restés sans abri depuis les bombardements précédant l'invasion. Fin juin, la 24e brigade part reconquérir la rive orientale de la baie de Brunei.

Après la guerre, un grand cimetière de la Commonwealth War Graves Commission est établi sur Labuan.

Mercredi 15 février 2017

Adolf Hitler lors du congrès de 1935. À sa droite se tient Rudolf Hess et à sa gauche, Julius Streicher.

Les lois de Nuremberg sont trois textes adoptés par le Reichstag à l'initiative d'Adolf Hitler, lors d'une session du parlement tenue à Nuremberg à l'occasion du septième congrès annuel du parti nazi, le  : la Reichsflaggengesetz (loi sur le drapeau du Reich), la Reichsbürgergesetz (loi sur la citoyenneté du Reich) et la Gesetz zum Schutze des deutschen Blutes und der deutschen Ehre (loi sur la protection du sang allemand et de l'honneur allemand).

Elles sont rédigées, dans la précipitation, sur instruction directe de Hitler et adoptées à l'unanimité par les membres du Reichstag. Les trois lois sont publiées au Reichsgesetzblatt le et entrent en vigueur le jour de leur promulgation.

La loi sur la citoyenneté du Reich, mise en œuvre par un décret du 14 novembre 1935, et la loi sur la protection du sang et de l'honneur allemand participent de manière essentielle à la transposition de l'antisémitisme nazi dans l'appareil législatif du Troisième Reich. Elles permettent de poursuivre et d'accentuer le processus d'exclusion des Juifs de la société allemande entamé dès avril 1933.

Jeudi 16 février 2017

Vue d'artiste d'un impact cosmique. Un tel impact pourrait avoir été la cause de l’extinction des dinosaures.

La notion de risque de catastrophe planétaire ou de catastrophe globale a été introduite en 2008 par le philosophe Nick Bostrom pour désigner un évènement futur hypothétique qui aurait le potentiel de dégrader le bien-être de la majeure partie de l’humanité, par exemple en détruisant la civilisation moderne ; il avait proposé également dès 2002 d'appeler risque existentiel un évènement qui pourrait causer l’extinction de l'humanité.

Parmi les catastrophes planétaires potentielles figurent les changements climatiques, les pandémies et les guerres nucléaires, mais également des risques liés aux nanotechnologies ou à une prise de contrôle par une intelligence artificielle hostile, ainsi que des catastrophes cosmiques telles que des impacts de météorites.

Une étude quantitative rigoureuse de ces risques est difficile, en raison de l’incertitude sur les conséquences finales (les enjeux) de l’aléa déclencheur de la catastrophe, et sur la probabilité de cet aléa, et aussi parce que de nombreux biais cognitifs en compliquent l’analyse ; de plus, un évènement ayant pu provoquer l’extinction de l’humanité ou la destruction complète de la civilisation ne s’étant évidemment encore jamais produit, la probabilité qu’il en advienne un est minimisée ; ce phénomène est connu en statistique sous le nom de biais de sélection.

Bien que les risques de catastrophe planétaire aient fait l’objet de nombreux scénarios de science-fiction (modernisant souvent des mythes très anciens comme celui de Pandore), et de déclarations alarmistes à partir des années 1950, ce n'est qu’au début du XXIe siècle que divers organismes ont commencé à les étudier systématiquement, en particulier sous l’impulsion des mouvements transhumanistes.

Vendredi 17 février 2017

Spécimen dans le parc national de Redwood.

Mycena aurantiomarginata, en français la Mycène élégante ou Mycène à arêtes orangées, est une espèce de champignons de l'ordre des Agaricales et de la famille des Mycenaceae.

Décrite pour la première fois en 1803, elle a reçu son nom actuel en 1872. Elle se trouve dans la plus grande partie de l'Amérique du Nord et de l'Europe, ainsi que plus marginalement en Afrique du Nord, en Amérique centrale et au Japon. Elle est saprophile et pousse sur le sol de forêts conifères.

Le chapeau est en forme de cloche ou de cône et fait jusqu'à 2 cm de diamètre ; le stipe, doté de poils oranges à la base, est fin et atteint parfois 6 cm de hauteur. Le champignon est nommé d'après ses lamelles caractéristiques au bord orange. Une autre caractéristique microscopique est la forme clavée des cystides, qui sont couvertes de nombreuses piques. La comestibilité du champignon n'a pas été déterminée. Ses signes distinctifs parmi les autres espèces du genre sont sa taille, sa couleur et son substrat.

Une publication de 2010 a rapporté l'existence et l'isolement d'un pigment du champignon : nommé « mycenaaurin A » en anglais, il est responsable de sa couleur et peut être impliqué dans une certaine action antibactérienne.

Samedi 18 février 2017

George Michael pendant le Faith World Tour en 1988.

Georgios Kyriacos Panayiotou, connu sous le nom de scène de George Michael, est un auteur-compositeur-interprète et producteur britannique, né le à Londres et mort le à Goring-on-Thames.

Georgios Kyriacos Panayiotou grandit dans les quartiers londoniens avec son père chypriote, sa mère anglaise et ses deux sœurs. Le jeune Georgios Panayiotou est très tôt passionné par la musique. En 1979, avec ses camarades de classe Andrew Ridgeley et David Austin, il fonde un groupe de ska appelé The Executive. Même s'ils ne rencontrent pas de succès, les trois amis veulent continuer à travailler dans la musique. En 1982, George Panayiotou et Andrew Ridgeley soumettent leurs compositions au label britannique Innervision Records, qui engage les deux jeunes hommes. Leur groupe, appelé Wham!, sort son premier album en 1983. George Panayiotou devient alors George Michael.

Wham! connaît rapidement un succès international avec les chansons Wake Me Up Before You Go-Go, Freedom, Everything She Wants et Last Christmas. En 1985, Wham! est le premier groupe occidental à se produire en Chine communiste. Mais George Michael participe de plus en plus à des projets en solitaire et sort deux singles sous son nom : Careless Whisper, coécrit avec Andrew Ridgeley, et A Different Corner. En 1986, après un concert d'adieu au stade de Wembley, Wham! se sépare.

En 1987, George Michael chante en duo I Knew You Were Waiting (For Me) avec Aretha Franklin et signe le début de sa carrière en solo. Avec l'album Faith, il devient rapidement une star internationale. Influencés par la musique dance et rock de Prince, les singles I Want Your Sex, Faith, Father Figure, One More Try et Monkey se classent en bonne position dans les hit-parades. L'album Faith remporte même le Grammy Award de l'album de l'année 1988.

Dans les années 1990, George Michael souhaite prendre de la distance avec son succès et sa célébrité. Le chanteur ne fait aucune promotion pour son nouvel album Listen Without Prejudice, Vol. 1 et n'apparaît pas dans les clips de ses singles Praying for Time et Freedom! '90. Les relations avec sa maison de disque Sony Music sont tendues, jusqu'à aboutir à un procès entre 1992 et 1995. L'artiste s'engage de plus en plus dans des causes caritatives. En 1992, sa reprise de Somebody to Love de Queen est en quelque sorte le symbole de son engagement contre le sida. La maladie et la mort hantent d'ailleurs George Michael au cours de cette période. En 1993, son compagnon Anselmo Feleppa meurt du sida et le chanteur lui dédie plus tard son album Older. En 1997, c'est sa mère qui meurt d'un cancer. George Michael cesse alors d'écrire de la musique.

Il fait un retour médiatique involontaire en 1998, lorsqu'il est arrêté dans un parc pour « atteinte à la pudeur ». Cet incident conduit le chanteur à déclarer publiquement son homosexualité. Il sort ensuite la chanson Outside pour célébrer les joies de l'amour en plein air. La même année, la sortie d'une compilation démontre la popularité de l'artiste auprès du public. En 1999, il sort l'album de reprises jazz Songs from the Last Century qui est un échec critique...

Dimanche 19 février 2017

Étalon de race ardennaise à la robe baie.

L'Ardennais est une très ancienne race rustique de cheval de trait, de taille moyenne, à la robe généralement baie ou rouanne. Il est historiquement élevé dans la région des Ardennes, qui lui a donné son nom, et par extension dans tout le quart nord-est de la France, dans le Sud de la Belgique, et au Luxembourg. Connu et mentionné depuis l'Antiquité romaine où il sert à la remonte des armées, l'Ardennais devient jusqu'au début du XIXe siècle l'une des meilleures races de chevaux de selle et de trait léger pour la traction du matériel d'artillerie militaire. Sous l'empire napoléonien, les ardennais sont réputés pour avoir survécu à la campagne de Russie, où 13 000 chevaux trouvent la mort.

De nombreux croisements et une sélection rigoureuse des éleveurs orientée vers les travaux agricoles transforment la race dès le milieu du XIXe siècle, pour en faire le cheval de trait lourd et puissant connu de nos jours. Destiné à la traction du matériel agricole, l'ardennais est aussi un grand améliorateur de races. Il donne naissance à l'Ardennais suédois et à de nombreux autres chevaux de trait, tels que l'Auxois et le trait du Nord. La fin de la traction hippomobile et l'utilisation du tracteur motorisé entraînent le déclin de son élevage, et une réduction drastique de ses effectifs.

Cantonné au rôle presque unique d'animal de boucherie durant deux décennies, l'ardennais bénéficie au début du XXIe siècle d'un nouvel engouement dû au côté écologique de son utilisation pour l'entretien des espaces verts, le débardage en forêt et les loisirs équestres, grâce à son habileté sur le terrain. Bien que considéré comme en danger critique d'extinction à l'échelle européenne, il est la quatrième race de cheval de trait la plus représentée en matière d'effectifs en France. Les éleveurs belges ont développé par croisements une nouvelle lignée destinée à l'attelage de compétition, l'Aratel. En raison de son lien historique avec sa région d'origine, fertile en légendes, l'Ardennais est assimilé à la monture héroïque des quatre fils Aymon, le cheval Bayard.

Lundi 20 février 2017

Le Britannic après sa transformation en navire-hôpital.

Le HMHS Britannic est un paquebot britannique construit par les chantiers navals Harland & Wolff de Belfast pour la White Star Line. Troisième navire de classe Olympic, sister-ship de l’Olympic et du Titanic, il devait à l'origine être nommé Gigantic. Construit peu après ces derniers, il est lancé le . Il est alors conçu pour être le plus sûr et le plus luxueux des trois navires, en tirant notamment des leçons du naufrage de son grand frère, il ne voit cependant jamais le début de sa carrière commerciale.

Il est en effet réquisitionné par la marine britannique pendant la Première Guerre mondiale en tant que navire-hôpital, et sert en 1915 et 1916 entre le Royaume-Uni et les Dardanelles où les Alliés subissent un sanglant revers. Lors de sa sixième traversée, il coule en mer Égée le en un peu moins d'une heure, probablement après avoir heurté une mine posée par l’Unterseeboot 73. Cependant, les causes exactes du naufrage restent à ce jour inconnues. Pensant à une attaque ennemie, la presse britannique profite toutefois de l'événement pour attaquer la « barbarie allemande ».

Après guerre, le Britannic est remplacé au sein de la flotte de la White Star Line par le Majestic reçu en dommage de guerre. Son épave est localisée et explorée par Jacques-Yves Cousteau en 1975. Il s'agit de la plus grande épave de paquebot au monde. Bien que ce naufrage ait eu un impact moindre que celui de son sister-ship, il a tout de même donné lieu à la réalisation d'un téléfilm, Britannic, en 2000. Le Britannic est le deuxième des trois navires de la White Star Line qui portent ce nom. Le premier commence sa carrière en 1874 et le troisième, entré en service en 1930, est le dernier navire à avoir arboré le pavillon de la compagnie.

Mardi 21 février 2017

La controverse sur le nom des transfermiens ou guerre des transfermiens s'étend des années 1960 à 1997 et concerne l'attribution des noms des éléments chimiques suivant le fermium (élément de numéro atomique 100 dans la classification périodique des éléments), plus particulièrement les éléments de numéros atomiques 102 à 109. Elle a impliqué des équipes de chercheurs travaillant dans trois centres différents : le Centre de recherche sur les ions lourds (GSI) à Darmstadt (Allemagne), l'Institut unifié de recherches nucléaires (JINR) à Doubna (Russie), et le Laboratoire national Lawrence-Berkeley (LBNL) à Berkeley (États-Unis). Ces équipes se sont disputé les découvertes de ces éléments et ainsi le droit de les nommer. L'Union internationale de chimie pure et appliquée (UICPA) et l'Union internationale de physique pure et appliquée (UIPPA) tentèrent de résoudre la controverse autour des éléments 104 et 105 dès 1974 à l'aide d'une commission ad hoc, sans succès. Les deux institutions créèrent le Transfermium Working Group (TWG) en 1986 pour attribuer les découvertes des transfermiens et, in fine, leur donner un nom. Les résultats du TWG furent utilisés, accompagnés des suggestions des équipes impliquées, pour établir les recommandations de l'UICPA de 1994. Ces dernières assignèrent un nom officiel à chacun des éléments 101 à 109. Cependant, elles suscitèrent de fortes critiques, notamment du côté américain, et l'American Chemical Society adopta sa propre nomenclature. Par conséquent, de nouvelles recommandations furent adoptées par l'UICPA en 1997, attribuant un nom définitif à ces éléments.

Mercredi 22 février 2017

Metroid II: Return of Samus (ou simplement Metroid II) est un jeu vidéo d'action-aventure développé et édité par Nintendo sur la console portable Game Boy à partir de novembre 1991 aux États-Unis, puis en 1992 au Japon et en Europe. Deuxième jeu de la série Metroid, il se place chronologiquement avant Super Metroid. Samus Aran, le protagoniste, doit se rendre sur la planète d'origine des Metroids, une forme de vie inconnue et dangereuse, afin de les éradiquer.

Le développement du jeu est réalisé par la division Nintendo R&D1 de Nintendo. Les développeurs du précédent opus de la série, dont notamment Yoshio Sakamoto, sont cependant occupés par d’autres projets et une nouvelle équipe est donc mise sur pied. Celle-ci, hétéroclite, est composée de quelques vétérans du studio comme Hiroji Kiyotake, un des créateurs de la série, ou Makoto Kanoh, mais aussi des novices. Pour le scénario, les concepteurs s'inspirent de celui du film Aliens, le retour de James Cameron. Pour son système de jeu, ils décident de reprendre celui du précédent opus de la série qu'ils font néanmoins évoluer vers un concept plus linéaire. Dans les niveaux du jeu, l'avancée de Samus se voit ainsi limitée par la présence de lave et pour accéder à de nouvelles zones, elle doit détruire l'ensemble des Metroids afin de provoquer un séisme et de faire baisser le niveau de lave. Le déblocage progressif des armes et des zones est toujours présent mais reste secondaire et minimal.

À sa sortie, Metroid II est bien accueilli par la presse spécialisée et obtient de bonnes notes. Rétrospectivement, les critiques le considèrent cependant comme étant plus linéaire que son prédécesseur, Metroid, à cause des modifications de son gameplay qui mettent l'accent sur l'élimination des ennemis au détriment de la recherche. Les graphismes sont jugés de qualité moyenne, mais limités par les capacités de la console et l'ensemble reste considéré comme un bon jeu d'action. Les ventes sont honorables, avec 1 650 000 copies écoulées dans le monde, mais malgré son succès critique et ses ventes, le jeu manque le coche de la réussite commerciale. Les modifications apportées à Metroid II, poussent donc une partie des fans à s'en éloigner, ce qui en fait le jeu le moins apprécié de la série.

Super Metroid, la suite directe de Metroid II, est publiée sur Super Nintendo en 1994. Le jeu est réédité à partir de septembre 2011 sur la console virtuelle de la Nintendo 3DS, où il reçoit le même accueil que la version originale. Un remake amateur nommé AM2R (Another Metroid 2 Remake), basé sur le moteur de jeu Game Maker, est développé par Milton Guasti. AM2R parait le 6 août 2016, mais il est retiré quelques jours après sa sortie à la demande de Nintendo, invoquant une violation de la propriété intellectuelle au titre de la loi DMCA.

Jeudi 23 février 2017

Montchat : quartier pavillonnaire en centre-ville.

Montchat — /mɔ̃ʃa/ — est un quartier du 3e arrondissement de la commune de Lyon. Il en forme la partie orientale. Il se termine à l'est par une butte limitrophe de Bron et jouxte, dans sa partie nord, Villeurbanne.

Sur le domaine de Montchat, simple campagne initialement en Dauphiné, une maison forte est construite au XVIe siècle : le château de Montchat. Il accueille notamment la reine Christine. Plus tard, en 1852, Lyon s'étend et le 3e arrondissement est créé. Il représente toute la partie à l’est du Rhône. De ce fait la commune de La Guillotière est absorbée or il se trouve, à l'une de ses extrémités, Montchat toujours aussi peu habité. C'est donc au milieu du XIXe siècle que les propriétaires fonciers répondent à la demande démographique du centre-ville par l’urbanisation de leur domaine. Le plan de lotissement établit à Montchat des parcelles de quelques centaines de mètres carrés pour écarter l’industrie. Ceci marque encore le quartier.

Devenu partie constituante de Lyon, ce quartier d'environ 14 000 habitants en 2012 garde un « esprit village ». Les petites villas bordent des rues qui portent les prénoms portés par la famille du premier lotisseur. Elles essaient de résister à la pression immobilière. Son caractère principalement résidentiel induit une économie tournée vers les besoins locaux. Ainsi il dispose de services et de commerces adaptés. Le souci d’équipements adéquats, présent dès son émergence, perdure. L’ensemble rend le quartier autonome.

Certes l'histoire ancienne marque le château mais les deux espaces verts, en pleine agglomération, contiennent aussi des souvenirs qui rappellent une l'époque plus récente. Cependant le quartier ne vit pas dans le passé et, témoin de son dynamisme, l'animation sociale ne cesse pas d'y prospérer depuis un siècle.

Vendredi 24 février 2017

HitchBOT est exposé à Toronto au Canada.

HitchBOT (de l'anglais « hitch » : « auto-stop », et « bot », abréviation de « robot ») est un robot auto-stoppeur créé par une équipe canadienne dans le cadre d'un projet artistique. Il n'a pas la possibilité de se mouvoir seul, mais, doté de modules de reconnaissance vocale et d'expression orale, il a la capacité de se faire comprendre dans le but d'être transporté vers une destination décidée par les créateurs. Durant ses périples, le robot ne reçoit aucune aide de la part de ceux-ci, qui le laissent seul dans les mains de personnes inconnues. L'équipe chargée de le suivre à distance, sans la moindre intervention physique, récolte seulement des informations sur sa position géographique, ainsi que la réaction, sur les réseaux sociaux, des personnes ayant pris en charge le robot.

Il traverse avec succès le Canada durant l'été . En , en Allemagne, une équipe de tournage le suit en permanence durant les quelques jours de son trajet. Plus tard dans la même année, le robot participe à des démonstrations culturelles aux Pays-Bas. Lors de sa quatrième sortie, organisée aux États-Unis, il est retrouvé démembré le à Philadelphie (Pennsylvanie, États-Unis). Sa carcasse, rapatriée au Canada, est exposée au musée des sciences et de la technologie du Canada.

Samedi 25 février 2017

Milton Erickson en 1922.

Milton Hyland Erickson, né le à Aurum (Nevada) et mort le à Phoenix (Arizona), est un psychiatre et psychologue américain qui a joué un rôle important dans le renouvellement de l'hypnose clinique et a consacré de nombreux travaux à l'hypnose thérapeutique. Son approche innovante en psychothérapie repose sur la conviction que le patient possède en lui les ressources pour répondre de manière appropriée aux situations qu'il rencontre : il s'agit par conséquent d'utiliser ses compétences et ses possibilités d'adaptation personnelles. Atteint de poliomyélite à l'âge de dix-sept ans, Erickson a été une figure emblématique du « guérisseur blessé », expérimentant sur lui-même, lors de sa réadaptation, certains phénomènes qu'il met ensuite en application dans l'hypnose thérapeutique.

Au cours de sa carrière, Erickson a collaboré notamment avec Margaret Mead, Gregory Bateson, Lawrence Kubie, Aldous Huxley, John Weakland, Jay Haley et Ernest Rossi. Il est considéré comme le père des thérapies brèves. Ses travaux ont inspiré plusieurs approches thérapeutiques, dont l'hypnose ericksonienne, la thérapie brève de Palo Alto, la programmation neuro-linguistique, considérée aujourd'hui comme pseudo-scientifique, et diverses autres techniques de traitement. Parmi ses élèves les plus connus figurent Stephen Gilligan, William O'Hanlon, Stephen Lankton et Jeffrey Zeig.

Dimanche 26 février 2017

La meilleure image d'Obéron prise par Voyager 2 (24 janvier 1986, NASA).

Obéron, également appelé Uranus IV, est le plus éloigné des grands satellites naturels d'Uranus. C'est le deuxième satellite de cette planète tant par sa taille que sa masse et le neuvième du Système solaire en masse. Découvert par William Herschel en 1787, Obéron doit son nom à un personnage de la pièce de Shakespeare Le Songe d'une nuit d'été. Son orbite autour d'Uranus est partiellement située en dehors de la magnétosphère d'Uranus.

Obéron est constitué de glace et de roche en quantités approximativement égales. Le satellite est probablement différencié en un noyau rocheux et un manteau glacé. Une couche d'eau liquide pourrait être présente à l'interface entre le noyau et le manteau. La surface d'Obéron, qui est sombre et légèrement rouge, semble avoir été principalement modelée par les impacts d'astéroïdes et de comètes. Il est couvert par de nombreux cratères d'impacts, certains atteignant jusqu'à 210 km de diamètre. Obéron a probablement connu un épisode de resurfaçage endogène qui a recouvert les surfaces les plus anciennes très cratérisées. Par la suite, l'expansion de son intérieur a engendré sur la surface d'Obéron un réseau de canyons et d'escarpements de faille. À l'instar de toutes les lunes majeures d'Uranus, Obéron s'est probablement formé à partir du disque d'accrétion qui entourait Uranus juste après la formation de la planète.

Le système uranien n'a été étudié de près qu'une seule fois, par la sonde Voyager 2 en . Voyager 2 a pris plusieurs images d'Obéron, permettant ainsi de cartographier environ 40 % de la surface de cette lune.

Lundi 27 février 2017

Jón Sigurðsson, leader du mouvement indépendantiste pacifiste en Islande.

Le mouvement indépendantiste islandais (en islandais : Sjálfstæðisbarátta Íslendinga) est un courant politique et culturel développé aux XIXe et XXe siècles qui vise à rendre son indépendance et sa souveraineté à l'Islande, alors sous domination du Royaume de Danemark.

Placée sous l'autorité du roi de Norvège en 1262, l'Islande passe sous domination danoise en 1380, lorsque les couronnes des deux royaumes s'unissent. Dans les siècles qui suivent, l'Islande sombre dans la pauvreté jusqu'au milieu du XIXe siècle lorsque le mouvement d'indépendance, mené par Jón Sigurðsson, se constitue. Il intervient dans la période de nationalisme romantique en Europe et se constitue autour de l'image de Þingvellir en tant que symbole de l'unité islandaise.

En 1874, l'Islande obtient un statut d'autonomie. En 1918, elle signe avec le Danemark un Acte d'Union qui lui accorde l'indépendance et la souveraineté en tant que Royaume d'Islande dans le cadre d'une union personnelle avec son ancienne métropole. Finalement, l'Islande coupe ses derniers liens avec le Danemark lors de la fondation de la république en 1944.

Mardi 28 février 2017

Photo noir et blanc de la lune

Titania, également appelé Uranus III, est le plus grand satellite naturel d'Uranus et le huitième du Système solaire. Découvert par William Herschel en 1787, il doit son nom à Titania, la reine des fées de la pièce de Shakespeare, Le Songe d'une nuit d'été. Son orbite autour d'Uranus est entièrement située au sein de la magnétosphère de la planète.

Titania est constitué de glace et de roche en quantités approximativement égales. Le satellite est probablement différencié en un noyau rocheux et un manteau glacé. Une couche d'eau liquide pourrait être présente à l'interface entre le noyau et le manteau. La surface de Titania, sombre et légèrement rouge, a été modelée à la fois par les impacts d'astéroïdes et de comètes, et par les processus endogènes. Elle est couverte de nombreux cratères d'impacts, certains atteignant jusqu'à 326 km de diamètre, mais est moins cratérisée que la surface d'Obéron, le grand satellite le plus externe du système uranien. Titania a probablement connu un épisode de resurfaçage endogène qui a recouvert les surfaces les plus anciennes très cratérisées. Par la suite, l'expansion de son intérieur a engendré sur la surface de Titania un réseau de canyons et d'escarpements de faille. À l'instar de toutes les lunes majeures d'Uranus, elle s'est probablement formée à partir du disque d'accrétion qui entourait Uranus juste après la formation de la planète.

Le système uranien n'a été étudié de près qu'une seule fois, par la sonde Voyager 2 en janvier 1986, qui a pris plusieurs images de Titania, permettant ainsi de cartographier environ 40 % de la surface de cette lune.